······

Revue de presse

Communiqué de presse du Château Musée de Boulogne sur mer (6 avril 2010) :

Maurice Boitel Du 2 au 24 mai 2010 >>Lire la suite

Christian Defrance dans "L'Echo du Pas-de-Calais" (Avril-Mai 2010) :

"Maurice Boitel Une « vision immédiate » des choses." >>Lire la suite

Olivier Merlin dans "La Voix du Nord" (25 fév. 2010) :

"L'hommage au peintre Maurice Boitel se prépare depuis son atelier parisien." >>Lire la suite

"La Voix du Nord" (14 dec. 2008) :

"Jeudi 11 décembre 2008, le vernissage du salon de la Société Nationale des Beaux Arts a eu lieu au Carrousel du Louvre, à Paris. Le tableau « Châtaigniers en Limousin » de Maurice Boitel en fait partie." >>Lire la suite

Nelly Bostyn dans "La Voix du Nord" (16 nov. 2008) :

"...Boitel au salon Comparaisons... Ce Boulonnais d'adoption sera lui aussi sous la verrière du Grand Palais. Un hommage lui sera rendu dans le cadre du salon des Comparaisons où un grand tableau et une aquarelle seront exposés." >>Lire la suite

Michel Beaugrand dans "Regard en marche" (Août 2007) :

"...il restera l'un des représentants les plus marquants du courant figuratif indépendant par rapport à l'art officiel de l'Etat français des années 1958-2006."

Roger Lemaire dans "La Voix du Nord" (16 oct. 1991) :

" ...Loin des clameurs démonstratives des virtuoses sans âmes, il a donné et redonné et puis donné encore de la vie, posant sur les êtres et les choses son bon regard de poète. Généreusement son pinceau a fixé les scènes de tous les jours, un nuage qui passait, des touristes attablés, un champ, des fleurs qui s'agitaient, éblouissantes de vérité absolue, un tableau jaillissant de la lame, ce vieux mur, ces toits, ces pierres. Inlassablement de sa palette aux couleurs joyeuses, instrument d'un culte permanent à la Création, il a donné le mouvement perpétuel à ses tableaux (...)."

Catherine Buchet dans "La Nouvelle République du Centre-Ouest" (10 oct. 1985):

"...La peinture de Maurice Boitel respire une certaine "robustesse", tous ses tableaux sont en effet remarquablement "architecturés" par la fermeté et la rigueur du dessin. Son oeuvre est un coeur à coeur avec la nature : elle chante les paysages limousins, les climats ensoleillés du midi de la France, les lumières de Bretagne ou du Pas-de-Calais, les ardentes couleurs d'Espagne. Boitel travaille sur le motif, son calepin de croquis ne le quitte jamais. Se trouve-t-il en voyage, dans le train ? Est-il de passage à Venise, Rome ou Saint-Bouize... Il croque en des notations rapides (ses croquis vaudraient à eux seuls une exposition) tout ce qu'il voit. Notons que le peintre paysagiste se double d'un bon peintre portraitiste et d'un aquarelliste. De ces croquis naîtront une "mise en page". La peinture "saine" et franche de l'artiste traduit la vision optimiste qu'il a des choses et de la vie, elle traduit aussi sa sensibilité profonde."

Jean Chabanon dans "Le Peintre" (1er Mai 1974):

"... L'art de Maurice Boitel est d'une grande originalité profondément attaché à la réalité; un art vrai qui ne fait aucune grimace, un art de santé où circule la vie même à travers l'objet et à plus forte raison à travers une nature faite pour l'homme toujours présent sans qu'il soit nécessaire de le représenter. Je tiens Maurice Boitel, peintre sérieux et en même temps réjoui, pour l'un de nos meilleurs artistes."

Raymond Cogniat dans "Le Figaro" ( 27 nov. 1958):

" ... Maurice Boitel est certainement un des peintres les plus sincères de sa génération. Il a su échapper aux modes faciles et poursuit depuis quelques années un effort extrêmement consciencieux et sympathique. Ainsi a-t-il acquis plus de certitude dans son métier, une fermeté un peu austère, qui ne lui vient pas seulement des paysages d'Espagne, prétexte de sa présente exposition. Simplement il trouve dans ce thème un accord avec son état d'esprit et il y gagne une plus grande liberté d'expression."

G.E. Clancier dans "Couleurs du temps" à Radio-Limoges ( 17 mai 1954):

" ...Il y a une sorte de force paisible dans l'art de Maurice Boitel. Il construit solidement chacune de ses peintures, il fuit les effets, les ficelles, il peint avec soin et franchise, largement, et ses paysages sont empreints d'humanité, comme si pour Boitel chaque chose: une plage, une rue, une ruine étaient signes de l'homme, annonçaient l'homme qui peut ne pas apparaître sur la toile, mais dont la présence pourtant est permanente."

Dans Arts Document (Genève, Avril 1954):

" ...Dessinateur de grande valeur, Maurice Boitel attache beaucoup d'importance au dessin".

Jean Bouret dans "Arts" (17 nov. 1950):

" ...J'aime la peinture de Boitel parce qu'elle est l'expression d'un tempérament sans détour, d'une clarté de l'esprit bien sympathique et parce que sa jeunesse prouve que tout optimisme de la vie n'est pas perdu en ce monde ".

Nice
.